Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

La déferlante des étangs

25 Janvier 2023 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #La déferlante des étangs

La série La déferlante des étangs est intégralement publiée sous forme de carnet 25x20cm, 52p, texte d'introduction, 20 photographies, chacune accompagnée d'un poème. Edition limitée, chaque ouvrage est numéroté.

Vous pouvez le commander en me contactant à l'adresse mail jlbec@orange.fr ou par les messageries de FaceBook (compte Jean-Louis Bec) ou d'Instagram (compte @becjeanlouis).

Lire la suite

La déferlante des étangs

11 Janvier 2023 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #La déferlante des étangs

La mer, les étangs.

Des chemins à suivre, à vivre, les liens de l'eau, des marais, de la marée. Des chemins où les pas creusent, s'immergent, fouillent le sable et la vase, mon passé spongieux et les bulles de mes histoires.

L'écume, la brume, m'enveloppent d'un récit doucereux ou dissonant et amer, d'un brouillard nostalgique, de gouttelettes de rancoeur, amertume effeuillée dans la langueur des plantes et la respiration de l'eau. C'est un vivant aquatique au récit sinueux, aux ombres en submersion qui me traquent et m'attirent. Les langues de sable et d'herbe courte retournent ma mémoire en quelques mots humides et parfois corrosifs.

Ce lieu est un miroir, une vie, ma vie, diffuse, enroulée sur elle-même, le marécage de soi, bulles pesantes, parfois légères aussi, d'une légèreté qui finit par tout alourdir quand même, images mêlées sous la respiration hachée, plan d'ondes diverses, horizons multiples qui dévisagent ; de l'eau vivante comme extension d'un oeil.

Le paysage fredonne et murmure, dicte et s'impose.

(...)

Il n'y a pas vraiment de lointain dans ces étendues. Chaque point à la présence d'un tout bouclé sur lui-même qui fore, rumine, éclabousse d'une joie que je croyais éteinte ou libère l'acidité d'un poison fort. Chaque point est une pincée de sel aux senteurs de l'amour qui avive les rouges et inocule les noirs. Ce lieu possède la profondeur des sentiments lentement consumés, des cimetières jamais refermés. L'amour s'y dilue en prenant la force des grands heurts maritimes, ondule en reptile dans l'eau sombre, vorace, créature obscure aux éclairs déroutants d'élan et de désir de chaleur. Ombre de lui-même, il rampe en moi avec la vigueur osseuse d'un fantôme.

(...)

(...)

Lire la suite

La déferlante des étangs

11 Janvier 2023 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #La déferlante des étangs

La déferlante des étangs

grand champ des gestes élargis

la poussée du soir

dans la tension des courbes

ce ventre chaud des bêtes enfouies

 

songes mêlés des racines et du temps

 frange écumante 

du point ultime de l'amour

ce chant tendu entre les êtres

 

des terres ruisselantes

aux nudités premières

la vie comme la mort

crient ce que nous sommes encore

 

Lire la suite

La déferlante des étangs

10 Janvier 2023 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #La déferlante des étangs

La déferlante des étangs

à contre courant de la langueur étendue des étangs

des détours singuliers nous raccrochent le coeur

soufflent à nos lèvres le chemin épelé disséqué

des voix closes noyées

des lettres refermées

dans la béance des déchirements

 

sentiment centrifuge

sentinelle givrée

qui manque la marche

de l'amour sur sa route

 

Lire la suite

La déferlante des étangs

9 Janvier 2023 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #La déferlante des étangs

La déferlante des étangs

à l'aplomb de notre paysage

s'étend la palpitation d'une rupture d'aile

de la chute croissante

la douleur solitaire éclot de ta fausse douceur

tu es la nuit qui me tend mon poids mort

 

l'inertie à mon front me dévoile la face

me dévoile ta face

et le regard se tord

se tourne sans se détourner

du chaos à vertige de toutes tes images

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>