Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Dans le regard des sylves

19 Octobre 2018 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Dans le regard des sylves

Dans le regard des sylves
Lire la suite

Un jour la nuit

16 Septembre 2018 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Un jour la nuit

La série Un jour la nuit appartient au sixième groupe. Celui-ci traite des contacts qu'établissent aujourd'hui les humains avec la Nature. Nous ne sommes pas ici dans la recherche d'une fusion (cette démarche appartient au cinquième groupe) mais dans la volonté d'une redécouverte, l 'objectif  suivi  par les hommes et les femmes étant de retrouver des sensations premières un peu oubliées et de se replonger dans un bain de Nature synonyme d'essentiel. Ainsi  dans la série Un jour la nuit la rencontre avec une Nature nocturne le long d'une route permet-elle de se ressourcer.

Pour avoir plus de détails sur la démarche mise en oeuvre dans ce blog se reporter à la page DEMARCHE dans la colonne de droite.

Un jour la nuit (extraits du texte et de la série photographique)

03/2014.

03/2014.

Lire la suite

Un jour la nuit

16 Septembre 2018 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Un jour la nuit

03/2014.

03/2014.

03/2014.

03/2014.

Lire la suite

Un jour la nuit

16 Septembre 2018 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Un jour la nuit

La série "Un jour la nuit" a été réalisée avec la collaboration de la chorégraphe RouBina de la Compagnie VOOA. Cette série fait partie intégrante de sa performance "Nuit". 

http://www.vooa.org

03/2014.

03/2014.

03/2014.

03/2014.

Lire la suite

Un jour la nuit

16 Septembre 2018 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Un jour la nuit

Extrait du texte d'introduction de la série "Un jour la nuit".

 

...

La nuit... J’ai songé un jour à m’approcher d’elle, me rapprocher d’elle. Un désir plus fort que la curiosité sous sa forme la plus noire. Voir la nuit de près, la dévisager dans ses ombres profondes, ses vides de plénitude sans forme, l'instant de l'échange d’un regard, d’un mot pour un éclat de noir. Une impression de rétine où s’inversent les mondes, où se replie sur elle-même la densité nocturne, comme un poing serré, resserré. J’ai attendu qu'elle me livre les grains noirs de ses récits monochromes. J’ai attendu les univers, les découvertes, les soleils ignorés qui roulent dans leur courses, une empreinte cosmique misant tout sur sa face cachée. J’ai espéré, surpris, envisagé, le visage tendu...

 

Je l’ai vue. Un reflet, un soupçon, un langage souterrain, le flottement d’une onde et je l’ai vue. Calme, bienveillante, un bain flottant sous la spirale du sensible.

La nuit veille, simplement. De toutes ses lumières inversées. Jusqu’à nous saisir d’une conscience claire. Délicatement, elle révèle, grandit en univers nouveaux. La nuit est cerveau craquant dans ses pensées naissantes. Des tracés parallèles parlent de ciels bâtis par leur absence, de l’obscure mélopée de grandes ailes lourdes et caressantes.

 

Je me suis approché encore, m'immergeant dans la  mouvance calme. Je l’ai observée rouler en effleurant les paysages, céder parfois à cette tentation latente d’exprimer l’inconnu, le gigantesque, le fou et le très sombre. Des êtres à la chair sans limite vivaient là, soudain, grimaces monstres suspendues, gestes sans bornes. Puis le noir effaçait, désincarnait l’effroi, la nuit retombait sans bruit. La nuit douce... 

 

03/2014.

03/2014.

03/2014.

03/2014.

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>