Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #groupe 4: copains comme cochons tag

Copains comme cochons

21 Décembre 2014 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Groupe 4: Copains comme cochons

La série "Copains comme cochons" appartient au groupe 4. Ce groupe aborde l'apparition et la nature de l'animal. Ainsi, toujours en jouant sur la mise en avant des matières et des structures, se crée une dérive qui partant de la robe des chevaux, du poil, du crin, aboutit à leurs traits, leurs expressions, tout en passant par la présence et la découverte du corps (série Equus, l'esprit de corps). On y rencontre aussi des cochons remettant en question leur forme porcine pour adopter des profils d'autres animaux (série Copains comme cochons). Le chat y développe un ensemble d'attitudes traduisant ses émotions (série Sept vies et quelques unes).

 

Pour avoir plus de détails sur la démarche mise en oeuvre, connaître les liens existant entre les groupes et ceux liant le blog au blog "Images prises aux mots"se reporter à la page DEMARCHE dans la colonne de droite.

 

Copains comme cochons
Lire la suite

Copains comme cochons

4 Février 2012 , Rédigé par jean-louis bec(photographie et texte) Publié dans #Groupe 4: Copains comme cochons

Copains comme cochons

 

Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant (Dictionnaire des symboles, Robert Laffont, 1982), le cochon est associé à des représentations diverses suivant les âges et les parties du monde.

Ainsi, « Le porc est très généralement le symbole des tendances obscures, sous toutes leurs formes, de l’ignorance, de la gourmandise, de la luxure et de l’égoïsme. »; « Presque universellement, il symbolise la goinfrerie, la voracité : il dévore et engouffre tout ce qui se présente. »

Mais on trouve également: « En raison de son apparence prospère qu’ils apprécient fort, les Sino-vietnamiens font du porc un symbole d’abondance; la truie accompagnée de ses petits ajoute à la même idée, celle de postérité nombreuse. Chez les égyptiens, également, malgré les interdits qui pesaient sur les porcs et les porchers, Nout, déesse du ciel et mère éternelle des astres, figurait sur des amulettes sous les traits d’une truie allaitant sa portée. ».

« Il est aussi l’animal-ancêtre fondateur d’une des quatre classes de la société mélanésienne.

Un cochon symbole vivant donc, multiple, fondamentalement humain, qui peut être décliné en plusieurs traits :

 

Gourmand. Sa grande bouche tourne autour de ses dents pointues et rieuses. La langue fouette son appétit d’un claquement de saveurs.

Goinfre. La quille de sa tête pourfend la nourriture et écume en tempête. Il avale, les mâchoires tendues dans le flot des craquements.

Jouisseur. Une chair rosée goutte de son cerveau. Des dentelles riantes papillonnent et butinent son œil. D’une lèvre humide il adhère béat à la douce rondeur du monde.

Paillard. Le gosier débraillé, il file dans l’entre-deux. Il jette en avant un cri épais et rouge, dérape l’arme à la main et le verbe brandi.

Egoïste. Une épaisseur de vue le pose rutilant devant ses yeux. Un trou noir dans le torse tire la langue et mange cru. Les ongles poussent en déchirures.

Ignorant : Ses phrases flétries s’évaporent sans soleil et la fermeture des livres ventile son esprit. Un néant lui parle et le suit sans relâcher sa laisse.

Sale. Il fait le pont entre les taches, les réunit boue à boue, façonne alors ses pensées.

Méchant. Ses morsures abandonnées sautent encore de proche en proche. Son jardin cultive savamment de grandes cisailles à dire et à faire.

Sensuel. Il frissonne des doigts, les cinq sens délicatement posés sur leurs cinq sommets tout palpitants de pulpe.

Généreux. De rencontre en rencontre il déborde et répand les vagues chaudes qui portent et qui soulèvent, les vagues qui nourrissent ou fécondent.

Immortel: il s'élance et saisit la postérité à pleins bras, lui pose un rire sur les lèvres. Ils courent tous deux sur le temps, cernés de leurs progénitures.

Prospère. Il flotte, balancé par sa bouée parfaitement réussie, à l’aise dans la largeur dorée de son sourire.

Inventeur. Il feuillette des pans de lumière, en extrait des éclairs percutants. Leurs pointes fumantes tracent déjà les nouvelles courses du monde.

Initiateur. Une graine lui renvoie son image. Tous les germes sont là et il creuse sa tête pour allumer l'amorce de chacun d'eux.

Fondamentalement fondateur. Il est inventeur de routes, traits aux lignées parallèles qui se déroulent à ses pieds. Un cochon en dérive qui ne ressemble pas forcément à un cochon, un portrait qui ne ressemble pas forcément à son portrait. Les photographies sont là pour le révéler. Parfois préhistorique, carapaçonné en mode dinosaure, parfois jeune bovin à l'herbe tendre, petit ours de tendresse ou renard filou passeur de regards, parfois aussi présent sous les traits de bien d'autres animaux, il est divinité, métamorphoses latentes et projections diverses. Il est la mouvance d’un centre joyeux inventeur de bestiaires, clins d’œil glissés aux idées et vers ceux qui savourent sa farce.

 

Issanka (Hérault), 01/2012.

Issanka (Hérault), 01/2012.

Lire la suite

Copains comme cochons

30 Janvier 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Groupe 4: Copains comme cochons

Issanka (Hérault), 01/2012.

Issanka (Hérault), 01/2012.

Lire la suite

Copains comme cochons

30 Janvier 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Groupe 4: Copains comme cochons

Issanka (Hérault), 01/2012.

Issanka (Hérault), 01/2012.

Lire la suite

Copains comme cochons

24 Janvier 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Groupe 4: Copains comme cochons

Issanka (Hérault), 01/2012.

Issanka (Hérault), 01/2012.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>