Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le dialogue des elements

Le dialogue des éléments

17 Novembre 2014 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Le dialogue des éléments

La série Le dialogue des éléments appartient au deuxième groupe. Celui-ci parle symboliquement des liens que bâtissent les matières entre elles pour construire, imaginer, des entités plus complexes. Ceci dans un esprit qui rend compte de leur faculté d'adaptation, de création, de cette volonté de jouer avec les formes et les structures. La série Le dialogue des éléments met en avant cette fabrique des paysages, révélant aussi la construction des échelles et des perspectives.

 

Pour avoir plus de détails sur la démarche mise en oeuvre dans ce blog se reporter à la page DEMARCHE dans la colonne de droite.

 

 

 

La série Le dialogue des éléments est intégralement publiée sous forme de carnet 25x20cm, 56p, texte d'introduction, 39 photographies, 20 euros. Edition limitée, chaque ouvrage est numéroté.

Vous pouvez le commander en me contactant à l'adresse mail jlbec@orange.fr ou par les messageries de FaceBook (compte Jean-Louis Bec) ou d'Instagram (compte @becjeanlouis).

 

Le dialogue des éléments
Lire la suite

Le dialogue des éléments

3 Novembre 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Le dialogue des éléments

Le dialogue des éléments (extraits du texte et de la série photographique)

 

L'eau, ses veines, sa lumière d'éclat, ses jaillissements de dureté, sa peau tendue de cristal aux rides fragmentées d'immobile. 

La roche, la profondeur de ses tourments, ses froissements aqueux, ses paillettes en gouttes.

L'eau, la roche, face à face en miroir, dans le flottement des images proches.

La roche encore, l'arbre. Des sinuosités, des craquements d'écorce. Leurs étendues parfois d'arborescences symétriques pour un parcours côte à côte d'épousailles terrestres, d'inventions de formes complices, d'accords passés et de correspondances. Une entente aux reflets profonds, solides comme le roc.

Là toujours, des nuages retrouvés dans la roche, une ombre appelée terre, une eau courante qui s'éparpille en racines, la mer dans ses courants terrestres, la mer et ses poses de quartz.

Les éléments dialoguent, échangent, conversent. Une respiration de vague chaude qui nous captive et qu'on devine vaste comme le monde. Une arborescence de liens qui poussent vers le ciel une harmonie géante.

Notre regard renaît là, se nourrit là, se développe là, dans les forces et les langages sous-jacents, dans les ressemblances et les correspondances présentes entre les formes et les structures des éléments vivants et non vivants ; dans l'évidence de leur similitude et de leur complémentarité. Une matière créatrice d'esprit puissant et premier. Le retour aux sources et l'étape incontournable de l'évolution.

C'est dans cet esprit qu'ont été créés les paysages présentés sur les photographies. Issus de la juxtaposition et de la fusion numérique de deux images panoramiques argentiques réalisées avec un appareil sommaire type "jetable", ils n'existent pas, cherchent seulement à exister à travers elles. Pour insister, mettre l'accent aigu sur le dialogue intime et prolifique des éléments.

Certains pourraient se rencontrer dans le monde. Il y a en effet en eux une vérité qui suggère la réalité, même si, souvent, la grande rareté, l'improbabilité d'une telle rencontre reste de mise et s'impose au spectateur comme une dimension forte de l'étrange.

 

Quand peu de chose leur manque pour être identifiés comme réels, la présence d'une légère distorsion dans les perspectives, d'un passe-passe un peu discordant de structure à structure ou de forme à forme, le regard est intrigué, interrogé. Alors souvent il complète, remodèle, s'approprie l'image en la corrigeant, en appliquant malgré tout ses propres lois. Il plaque alors sur le paysage ce qu'il connaît déjà, tord un peu l'image proposée, la refaçonne à son goût, sans effort, sans même souvent s'en apercevoir. Ces phénomènes étranges, cette étrangeté qu'il perçoit et gomme le prépare portant à la vision de paysages plus complexes, plus déroutants.

Car, parfois, ceux-ci lui proposent autre chose et le poussent sans ménagement dans ses retranchements, le bousculent dans ses fondements, ses habitudes. L'inattendu le piège et le fait douter. Ses repères s'écroulent, les paysages sont alors questions sans réponses et l'esprit à la manœuvre dérive avec ou sans interrogation dans l'univers forcément intriguant et onirique des images, laissant entrer en lui ces remaniements de matières et ce jeu nouveau de formes. Car ces paysages en dérive, se moquent de toute entrave. Ils s'opposent aux lois en vigueur. Les lois de la perspective, malmenées par la réalisation d'une image à partir de deux photographies, mais aussi celles des échelles et de façon beaucoup plus larges celles des lois physiques en vigueur sur notre planète, loi de la pesanteur, de la mécanique des fluides, de la marche de la lumière...

Quand le spectateur se penche sur les images...

(...)

 

Le dialogue des éléments
Lire la suite

Le dialogue des éléments

3 Novembre 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Le dialogue des éléments

Le dialogue des éléments
Lire la suite

Le dialogue des éléments

17 Octobre 2012 , Rédigé par jean-louis bec Publié dans #Le dialogue des éléments

Le dialogue des éléments
Lire la suite

Le dialogue des éléments

12 Octobre 2012 , Rédigé par jean-louisbec Publié dans #Le dialogue des éléments

Le dialogue des éléments
Lire la suite
1 2 3 4 > >>